Les voisins - Fiona Cummins

Publié le par Pascal K.

Les voisins 
Fiona Cummins

Éditions Slatkine&Cie / 2021
510 pages

L’entrée en matière est assez déstabilisante. L’auteure casse un peu l’ordre des choses au niveau de la chronologie. C’est déstabilisant, troublant, mais prenant.

Une petite famille débarque et emménage dans un quartier de l’Essex - l’Avenue … - que je qualifierais de populaire, dans le sens où un cinquième meurtre vient d’être commis dans les alentours. Un tueur en série qui sévit dans le coin, pourquoi pas ! Ça fait un peu baisser les coûts de l’achat d’une maison, non ? Il n’y a pas de petits profits. Par contre, il faudra assumer …

Au niveau de la structure, encore une fois, c’est troublant. Bon, lorsque l’on connaît l’auteure, on n’est pas plus étonné que ça ! Le tueur en série, on va le côtoyer, il va nous parler, nous expliquer, commenter au fur et à mesure que nous pénétrons dans cette histoire mais, par contre, nous ne connaîtrons pas son identité. Et pourtant …

Fiona Cummins cultive à merveille le « cliché » du petit quartier, avec ses habitants qui semblent avoir presque tous leurs petits secrets. Nous entrons plus ou moins dans chaque foyer, sans gêne, et nous en apprenons toujours un peu plus. Les secrets du passé - c’est ici évident - seront la clé de cette intrigue. Celle-ci se confond rapidement en huis clos et, vous vous en doutez, j’adore ça.

La manière de dérouler cette trame, heure par heure, minute par minute, en nous positionnant à plusieurs endroits quasi simultanément est pour moi très bien réfléchie. Au bout d’un moment, finalement, on soupçonne absolument tout le monde. C’est vraiment très bien amené. L’origine de tout ce qui se trame ici reste très ambigu, insondable, bien que nous en distinguions tout de même un peu les contours.

C’est un peu « à la Agatha Christie » que nous allons nous approcher de la vérité. Le tueur est parmi nous, dès le départ, et l’opacité reculera autant que les indices apparaitront. Fiona Cummins vous livre encore quelques salves vers le dénouement et c’est là, à mon sens, que son génie se fait ressentir. C’est habile, c’est bluffant et, autant que pour le huis clos, j’aime ça ! Il faut dire qu’au niveau des fausses pistes, vous allez être servis.

Bonne lecture. 

Publié dans Littérature anglaise

Commenter cet article

A
J'allais dire : encore un policier sur le thème du voisinage, mais il y a l'air d'avoir un peu plus que ça.
Répondre