Les abysses du mal, de Marc Charuel --- Prometteur, mais non...

Publié le par Paco

Les abysses du mal
Marc Charuel

Éditions Albin Michel / 2018
406 pages

L’introduction de ce thriller est assez standard, si l’on accepte le fait que la séquestration d’une femme, son enfermement ou encore la torture qui lui est réservée soient du standard. Ce qui me fait tilt, par contre, ce sont les mots prononcés dans le noir par son tortionnaire, à savoir satisfaire les clients, plaire aux clients. Là, ça devient déjà plus pervers et morbide. Cela implique une organisation !

Là, c'est le côté prometteur.

Tels des projecteurs qui s’enclenchent l’un après l’autre, quelques personnages vont ensuite être mis en lumière, soit des hommes et des femmes qui n’ont visiblement rien à voir les uns avec les autres.

Nous irons d’abord vers un personnage qui se nomme Tuan Lagrange, d’origine vietnamienne, retraité de l’armée et responsable d’un club de tir. Ce personnage est ce qu’on appelle un survivaliste, c’est-à-dire qu’il se prépare toujours au pire. Ce tireur d’élite, extrêmement performant, voit le terrorisme islamique comme une menace ultime et définitive. Lui, il se sent prêt. Sa fille, Sandra, que nous apprendrons également à connaître, subira d’ailleurs la parano de son père qui la surprotège.

Bref, l’auteur nous présentera encore quelques personnages, en vrac, dont Emilie, avec qui nous n’aurons pas l’occasion d’échanger beaucoup. Elle a été retrouvée morte dans un container, déchiquetée.

Le terme snuff movies va, dans un premier temps, juste être murmuré au bout de quelques lèvres, histoire de ne pas provoquer le diable. Mais l’enquête préliminaire sur l’assassinat de la jeune fille, dirigée par le commandant Derolle, va mettre les points sur les i : il s’agit bien d’un cas de tortures infligées sur des victimes dans le but d’en faire profiter des clients fortunés et avides de sensations fortes.

Les réseaux sociaux, plateformes de rêve pour le bien mais aussi pour le mal, vont prendre une part importante dans cette histoire. Naïf ou pas, si l’on veut vous faire du mal, c’est un endroit de rêve pour entamer, comme pour une enquête de police, des recherches préliminaires. C’est le paradis également pour établir le contact, pour appâter une proie. Il y en aura ici bien quelques-unes.

Nous allons pas mal descendre vers la déchéance, là où l’âme humaine devient de plus en plus sombre et commence à s’essouffler. L’auteur nous poussera toujours un peu plus bas, jusqu’à atteindre finalement une noirceur totale. C’est un monde sans espoir que nous allons rejoindre, où se mêlent violence, perversité et douleur. Nous allons suivre les multiples embranchements qui mènent vers une perversité absurde, mortelle et organisée.

Voilà... Niveau scénario, rien d’exceptionnel. Pourtant, il semblait pour moi prometteur. L’auteur mise pas mal sur la souffrance pour maintenir notre attention. Il faut admettre que ça donne plutôt froid dans le dos. Niveau police, respectivement au niveau de l’enquête, c’est à mon sens assez laborieux. C’est plat, lent et rébarbatif. Pour certains points, heureusement que, pour l’auteur, le hasard fait plutôt bien les choses. Et malheureusement, au niveau d’une enquête de police, je déteste le hasard.

Comment dire... L'auteur part dans de bonnes directions concernant cette enquête. Des éléments pertinents se mettent en place et, du coup, nous attendons la suite, tout de même avec une certaine impatience. A mon grand regret, ces pistes s'essoufflent, deviennent transparentes pour enfin se faire oublier. Dommage. 

Le flic qui gère l’enquête ne m’a donné aucune satisfaction. Je l’ai trouvé, dans le fond, assez incompétent. Au niveau du caractère, je me suis retrouvé à l’opposé de ce personnage. Il est vendu dans ce scénario comme étant un flic aux abois, cassé par les affaires, mais qui ne lâche rien et allant jusqu’au bout des choses. Personnellement, j’ai plutôt perçu la mise en place de ce personnage comme une imposture. Je veux dire par là qu'il est présenté comme un super flic déchu, mais pour moi le message ne passe pas. 

Sinon, j’ai eu l’impression, durant une bonne partie de la lecture, de seulement faire du survol. Les personnages restent trop lisses, l’intrigue est lente, répétitive et manque à mon sens d’épaisseur.

Par contre, la tension qui règne dans le dernier tiers de cette histoire est correcte et redonne du souffle. Mais, au final, je garde principalement le sentiment de n’avoir pu qu’effleurer certains éléments de l’intrigue, de n’avoir pas pu m’enfouir totalement dans ce scénario qui, je le répète, semblait prometteur. Il y a clairement, pour moi, un manque de consistance.

Bonne lecture.

Commenter cet article

Jacaranda 15/05/2018 13:57

L'histoire a l'air assez sombre. Ton avis est mitigé, mais il me tente bien quand même. Je ne connaissais pas du tout.