Impact, Olivier Norek - Une attaque directe et franche !

Publié le par Pascal K.

Impact 
Olivier Norek

Éditions Michel Lafon / 2020
349 pages 

A ce jour, l’univers de Norek, c’est trois polars authentiques, fixés sur le papier au 9 mm, nous éjectant avec les douilles en nous laissant sempiternellement sur le carreau. Le quatrième bouquin, plus intime - sensible ? -, ne laisse pas vraiment le lecteur indemne, en offrant cette fois-ci une trame plutôt poignante. Avec « Surface », l’auteur a su mettre en scène un personnage doté d’un caractère qui force le respect ! Et ici ?

Dans ce millésime 2020, Olivier Norek s’engage et dénonce un fait de société aux conséquences désastreuses, soit l’exploitation du pétrole, sa chaîne de distribution, l’utilisation de l’énergie fossile et l’effet de tout ceci sur l’environnement. 

Pour ce faire, il va droit au but, pour ne pas dire droit au « brut » ! Les événements qui se profilent dès les premières pages nous placent sur un siège qui n’offre aucun confort. C’est bouillant ! 

En fait, ce qu’il fait défiler devant nos yeux, c’est le genre de contexte que j’ai parfois imaginé en me disant, là, si ça arrivait, ça serait vraiment la merde ! C’est sensible, délicat et, franchement, cette situation incommode ne peut que faire bouger les choses ! C’est accrocheur et le scénario est, je l’admets, franchement jouissif. 

Un compte à rebours est lancé. Maîtriser l’art de la négociation sera peut-être la meilleure arme pour contrer et stopper un adversaire qui détient des otages « de choix ». L’auteur nous présente alors quelques personnages déjà dans le feu de l’action, des protagonistes aussi admirables que déroutants. Mais l’adversaire, lui aussi, est plutôt déconcertant. Mais pas seulement ! Il est aussi déterminé, entraîné, intelligent, organisé, déstabilisant et peut-être même juste ... 

Et pour nous, lecteurs ? Et bien un choix d’impose. La question du bien et du mal, du juste - justice ? - ou du juste - moral ? - va se poser. Et oui car, chemin faisant, les « décideurs » nécessitent d’être bousculés et malmenés pour pouvoir sauver ce qui peut encore l’être sur notre planète en sursis. C’est ici plutôt radical ! 

Bousculer est une chose, informer en est une autre. L’adversaire va aller encore un peu plus loin en prenant à témoin la société entière ; c’est efficace, c’est de bonne guerre et ça marche !

Dans ce roman d’anticipation, Olivier Norek ne fait pas de détours inutiles, il pointe directement là où le mal est fait et bien ancré. C’est au pied du mur - en béton armé ! - que des décisions capitales devront être prises. Pas facile ! 

Par de nombreux flash-backs, l’auteur nous démontre que la cause qui nous occupe ici n’est de loin pas anodine mais, au contraire, préoccupante, voire vitale. Nous allons également nous rendre compte que nous sommes dirigés par des pantins qui sont ligotés depuis de nombreuses années par des cordes qu’ils ont eux-mêmes attachées et serrées ! Idéalement, il faudrait encore en bâillonner certains pour qu’ils s’étouffent dans leur propre mensonge. 

Je vous défie, chères lectrices et chers lecteurs, d’essayer de vous positionner justement, à la bonne place, d’un point de vue moral. Encore une fois, qu’est-ce qui est bien ou non ? Qui le décide ? Sommes-nous obligés de nous soumettre aux règles de la société lorsque que nous sentons - nous savons ! - qu’il y a urgence ? Même un flic, qui se bat bec et ongle pour la justice, se demandera peut-être un jour si ses actions sont « justes ». 

Eh oui, Mesdames, Messieurs, avec ses agissements et ses actions, l’être humain est en train de s’auto-éliminer. Mais bon, tant qu’il y a de l’argent qui rentre et du confort pour une partie de la planète, ce n’est pas bien grave, non ? Eh bien si, c’est grave. Ici, une personne l’a compris ET agit fermement. Je vous avertis, ça va être tendu !

Cette œuvre est un plaidoyer, un appel au secours, un combat ! En parlant de plaidoyer, vous aurez l’occasion d’en suivre un au terme de ce roman, une joute verbale ô combien subtile et adroite d’un point de vue pénal. La Justice, pataugeant dans l’eau qu’elle a elle-même souillée, est bien mise à mal ! 

C’est certainement l’œuvre la plus engagée de Norek, et de loin. L’attaque, préparée et étayée avec minutie, est directe et franche ! A lire ! 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 01/11/2020 20:06

Le précédent roman était déjà pas mal engagé.

Hifi Mathis 22/10/2020 12:21

Merci pour cette page, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://hifi-mathis.blogspot.com/