L'engrenage du mal, Nicolas Feuz

Publié le par Pascal K.

L’engrenage du mal
Nicolas Feuz

Éditions Slatkine&Cie / 2020
300 pages 


Avec Nicolas Feuz, vous avez à chaque fois - du moins souvent ! - de la viande fraîche en entrée. De la chair malmenée laissant volontiers apparaître ses abats premier choix. C’est dans les montagnes neuchâteloises, vers la frontière française, que vous allez avoir l’honneur de faire ce genre de dégustation ! Mais pas seulement.

Nous passerons un peu de temps à Lausanne, mais aussi à La Chaux-de-Fonds, histoire d’en savoir un peu plus sur la mort violente d’un toxico.

Pour mettre encore un peu plus de rythme à cette danse macabre, l’auteur replacera sur notre route Tanja Stojkaj, de la police fédérale, pro des missions d’infiltration, qui se trouve en bien mauvaise posture sur le banc des accusés du tribunal. Ceci sera l’un des points névralgiques de cette intrigue.

Nicolas Feuz, avec une méthode qui a déjà fait ses preuves, va nous faire alterner entre deux périodes, afin de nous guider d’une manière toujours plus précise. Nous allons donc faire plusieurs allers-retours entre cette salle de tribunal et les faits antérieurs qui nous y amènent.

La vengeance va rythmer ce récit à grands coups de masse, du début à la fin, et on entendra à peine certains coups feutrés. J’ai vraiment apprécié le fait que l’auteur nous tire sans arrêt en arrière, par le collet, pour nous mettre face à ces événements antérieurs. Cela crée une ambiance !

Ces faits, toujours plus palpables, vont nous arracher de la surface pour nous conduire vers les profondeurs, où séjournent les moulins souterrains désaffectés du Col-des-Roches. Quatre hommes y sont enfermés, séquestrés. Pourquoi ? Ceci sera le second élément central lié à cette intrigue.

La réponse que nous donnera Nicolas Feuz sera plutôt intéressante ! Je ne vais pas m’y attarder, car une bonne partie de ce que vous devez connaître se situera ici, sous vos pieds. Ce que je peux toutefois vous dévoiler, c’est que la méthode utilisée dans ce gouffre labyrinthique, d’un point de vue « justice », est plutôt éloquent et atypique !

Tout cela nous mènera vers une sorte de petit huis-clos temporaire, dans lequel un choix rapide devra être fait. La méfiance, le manque de confiance ou le doute seront des facteurs qui n’aideront pas vraiment à évoluer !

Et il y a finalement ce dernier point important de l’intrigue. Celui dont je ne vous dirai rien. C’est la fameuse claque aller-retour que l’auteur a l’habitude de nous administrer au terme de ses intrigues. Un bon coup de poing dans la gueule qui a pour effet de nous faire tomber à genoux ! Une manière comme une autre pour Nicolas Feuz pour prendre congé de ses lecteurs. Charmant ! Mais ô combien efficace ...

La notion de justice sera intéressante dans ce récit ! Mais bon, je ne m’attendais pas à moins de la part d’un procureur !

Bonne lecture.

Publié dans Littérature suisse

Commenter cet article

Alexandra Biedermann 02/07/2020 21:27

Bonsoir!
Très belle chronique merci! Je me mets à la lecture des romans de Nicolas Feuz justement. Votre chronique me motive à lire l'engrenage du mal;)
Bonne soirée!

Pascal K. 03/07/2020 09:47

Merci pour votre message ! Il faut respecter un certain ordre concernant les polars de Nicolas Feuz. Il y a un suivi sur les personnages qui sont récurrents. Bonne journée !