La Daronne, Hannelore Cayre

Publié le par Pascal K.

La Daronne
Hannelore Cayre

Éditions Métailié / 2017
Éditions Points / 2020
177 pages

Dans la vie, pour diverses raisons, nous sommes parfois entraînés par une forte conviction ! Que cela soit raisonnable, rationnel, bien ou mal, peu importe, pour nous, c’est ce qu’il faut faire, point barre ! 

Notre vie, ce qu’elle a fait de nous, pour nous, ou contre nous, nous guide peut-être parfois vers des contrées que nous n’aurions jamais penser explorer. La femme que nous suivons ici fonctionne justement avec cet instinct et c’est riche en émotion ! 

Patience, 53 ans, issue d’un père algérien et d’une mère juive nous raconte sa vie. Une vie un peu particulière si l’on tient compte du fait que ses parents, aiguillés par les aléas de la vie, ont engendré un commerce aussi fructifiant que criminel. Cette petite famille « riche », vivant comme des démunies - discrétion oblige ! - au bord de l’autoroute, ont su et ont pu, avec la force des choses, accéder à un rang social aussi « intéressant » que pathétique ! 

Patience - dite La Daronne - nous livre le récit d’une bataille : sa chute, ses réflexions, son analyse - de la vie, de l’être humain, de la société -, puis son ascension. Dérapage ? A vous de voir. La réflexion qu’il faut se faire est somme toute la suivante : ce n’est pas ce que l’on fait qui est déterminant, mais pourquoi on le fait. A méditer.

Le personnage - l’auteure ! - déroule cette histoire avec une vivacité surprenante. C’est frais, c’est cash, c’est prenant et très touchant ! Ce bouquin est un combat, un coup de gueule contre la société, une force; c’est très engagé. 

Cette femme, traductrice judiciaire arabe dans le domaine du trafic de stups, observatrice dégoûtée des représentants de l’Etat et de sa justice - la vraie -, va utiliser « les outils » qui sont mis à sa disposition pour approcher « Le milieu ». 

Et à force de l’approcher, ce monde-là, de le côtoyer un peu par procuration, elle va forcément un jour le comprendre et peut-être même le régenter ! L’aimer ? En quelque sorte, oui. Le trafic de stups est tout un art, croyez-moi. Ici, vous allez peut-être toucher du doigt cette réalité. 

Ça se lit vite, ça se lit bien. N’hésitez pas !

Bonne lecture. 

Commenter cet article