Du sang sous les acacias, Bernadette Richard

Publié le par Pascal K.

Du sang sous les acacias
Bernadette Richard
Éditions Favre / 2019
305 pages 

J’aborde ce récit comme je le ferais face à un inconnu : avec prudence. Je ne connais ni l’auteure, ni son style, ni rien. Bernadette Richard nous écrit ici un polar, chose inhabituelle, paraît-il. Comme j’ai pu le comprendre, c’est son premier. Bonne décision, non ? C’est le meilleur genre littéraire ! Le genre, oui, ce titre en particulier, non. J’y reviendrai.


Après quelques pages tournées, je remarque tout de même que ce n’est de loin pas son premier bouquin. Qu’est-ce qui me fait dire cela, me demanderez-vous peut-être ? Les personnages, clairement. Je suis très attaché à cet élément et j’ai vite été conquis.

L’auteure suisse nous dépeint ses protagonistes avec finesse. Elle le fait rapidement, naturellement et - me semble-t-il ! - facilement. Le caractère propre à chaque personnage est solide, accentué d’une touche d’humour qui ne me déplaît pas. Par contre, au bout d’un certain moment, j’ai décroché. J’ai eu l’impression de stagner face à des protagonistes lassants qui m’ont même agacé, dommage !

Cette panoplie de personnages sera complétée par nos amis à quatre pattes, l’auteure semblant ne pas être indifférente au monde animalier. C’est bien, mais c’est un peu trop pour moi dans ce récit ! Cela nous permettra tout de même de nous rendre dans une réserve naturelle en Tanzanie, où des rhinocéros semblent être décimés à la chaîne.

Nous nous rendrons donc en Afrique de l’Est où nous accompagnerons un flic expérimenté, intuitif, une journaliste aussi déjantée que passionnée et une voluptueuse et délicate biologiste parisienne, qui évolue devant nos yeux telle une caresse ! Mission : enquêter sur ces morts suspectes d’animaux protégés.

Plusieurs aspects m’ont fait réagir positivement dans cette intrigue, notamment les milliers de kilomètres qui séparent les méthodes d’enquêtes locales à celles auxquelles nous sommes habitués. Les moyens mis en œuvre ne sont de loin pas les mêmes, c’est certain, à l’instar des mentalités et de l’approche face à une scène de crime. Intéressant.

Un autre aspect - et pas des moindres ! - m’a également interpellé, mais cette fois-ci négativement. Le rythme, bien trop lent, ne m’a pas convenu. Oui, nous sommes en Afrique, je sais, et le rythme se calque peut-être sur la manière de vivre là-bas. Mais ce tempo, pour une enquête, une intrigue, est bien trop assommant. J’ai vraiment eu l’impression de tourner en rond, encore et encore, jusqu’à faire des sillons dans cette terre aride, autant au niveau de la trame que par l’évolution des personnages.

L’intrigue, justement. J’ai eu le sentiment qu’elle n’était là que pour fournir un prétexte. Étant adepte de polars et récits liés à une enquête, je me suis vite retrouvé frustré. C’est répétitif, fastidieux et cette trame n’avance que très lentement. L'enquêteur principal, annoncé comme étant une sommité, est aussi décevant qu'effacé.  

Au départ, j’ai décelé un énorme potentiel concernant les personnages mais, malheureusement, je n’y ai finalement pas trouvé mon compte.

Si vous êtes en émerveillement devant nos amis les bêtes, vous allez peut-être y trouver le vôtre. Tous les goûts sont dans la nature, paraît-il.  

Publié dans Littérature suisse

Commenter cet article

Caro 15/01/2020 09:57

Bonjour,

J'ai adoré votre analyse (je n'ai pas lu le roman encore) notamment sur le fait que le rythme hyper lent de l'enquête serait dû au fait qu'elle se déroule en Afrique. Je vis en Tanzanie, et je vous confirme que vous avec absolument raison. Ici tout est d'une lenteur extrême, c'en est parfois horriblement crispant !! Quant aux méthodes, je répète je n'ai pas encore lu l'ouvrage, mais j'imagine très bien à quoi faites référence :-D En tout cas, merci vous me faites découvrir une intrigue qui se déroule dans mon pays d'accueil donc même si votre avis n'est pas hyper enthousiaste, je vais néanmoins le lire. Maintenant que j'ai dévoré tous les Ragnar Jonasson découverts grâce à votre blog.
Je vous souhaite une excellente année de découverte littéraire !! Au plaisir

Pascal K. 15/01/2020 10:09

Merci pour votre commentaire ! Oui, je comprends que vous voulez le lire, c’est normal ! Merci de suivre mon blog, c’est motivant ! Bonne journée, Pascal.

Laplumedelulu 10/01/2020 17:46

Je pense comme toi Pascal. Je n'ai aimé que les petits animaux. Les personnages sont attachants mais rien de plus.

Pascal K. 15/01/2020 10:10

Assez inconsistants, c’est vrai ! Merci pour ton retour !