Snjór, Ragnar Jónasson --- "La justice n'est qu'une amère illusion"

Publié le par Pascal K.

Snjór
Snjóblinda (titre original)

Ragnar Jónasson
Éditions Points - La Martinière / 2016
347 pages

Cette intrigue septentrion est couchée sur du papier glacé ! Nous évoluons principalement à Siglufjördur, une petite ville située au nord de l’Islande, entourée de montagnes étouffantes. Il fait froid, il neige en permanence, le blanc domine et cette atmosphère nous dépasse et nous étouffe. Trouver plus dépaysant et déstabilisant que cette terre volcanique relève presque de l’impossible.

La neige ou la glace sont des éléments si présents, si intenses, que la nuit s’en retrouve presque aspirée. C’est évident, ici, l’atmosphère sera un personnage notable et omniprésent, avec ses différentes humeurs.

Ari Thór Arason, qui achève son école de police à Reykjavík, se voit proposer une place à Siglufjördur, cette fameuse ville située sous le cercle polaire. C’est loin, c’est perdu, c’est glacial, mais c’est une aubaine. Il ne s’y passe pas grand-chose, voire rien, et pourtant ... 

La couleur du sang sur ce fond immaculé détonnera et jurera au premier coup d’œil. Une jeune femme gît tel un ange dans la blancheur de la neige. Ce n’est pas tout. Un directeur de théâtre, ancien écrivain célèbre, est retrouvé mort au pied d’un escalier. Cela fait beaucoup pour une ville où il ne se passe jamais rien ! 

Ragnar Jònasson prépare son intrigue tranquillement - à l’image de la neige qui tourbillonne et tombe inlassablement -, ce qui nous permet de nous imprégner des personnages et de cette ambiance nordique. 

L’auteur nous enfouit sans difficulté dans ce presque no man’s land, où tu es presque considéré comme un étranger si tu n’es pas du patelin. Nous ressentons immédiatement que l’auteur est du coin, c’est une évidence. Son écriture dépeint une ambiance bien trop profonde pour qu’il en soit autrement !

Le rythme est surprenant. C’est lent, sans pour autant être lassant. Nous semblons plutôt nous acclimater à cette région qui vit selon son propre tempo. Nous progressons vraiment au rythme de la neige qui tombe mais, ne l’oublions pas, lorsqu’elle s’accumule, elle peut causer de sérieux dégâts ! 

Les personnages sont très bien brossés, l’auteur prenant son temps pour nous les présenter, absolument tous. Nous découvrons donc le jeune flic Ari Thór Arason, qui doit à présent faire sa place dans cette ville froide, où les habitants ne semblent pas apprécier le changement, ni les contrariétés. 

« Arriver comme un chien dans un jeu de quilles » est une expression qui exprime assez bien la situation. Notre jeune flic remarquera assez vite qu’il est difficile d’enquêter, de faire la part des choses ou de garder des secrets dans une ville aussi étouffante ! 

Mais notre jeune personnage, aussi discret qu’il puisse paraître, va démontrer, tel un Hercule Poirot, qu’il n’est pas né de la dernière ... neige ! Quel potentiel !

Bonne lecture. 

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 05/11/2019 15:56

Un premier épisode que j'avais beaucoup aimé. Cela me fait penser que je n'ai toujours pas lu la suite.

Pascal K. 05/11/2019 19:06

Alors Go ! :-)